Derrière l'image - Le Barbier de Séville

Le Comte Almaviva et Figaro qui joue de la guitare

Prendre des photos à l’Opéra de Montréal constitue toujours une expérience particulièrement agréable et chacune des soirées de générale est assurément magnifique. Je suis photographe de concert occasionnel depuis quelques années déjà mais photographier l’opéra est toujours un savoureux bonbon pour moi. Aucune restriction de temps, installé confortablement (assis!) dans la 4e rangée avec assez de place alentour et personne qui pousse dans le dos ou qui critique le photographe, que du bonheur. Comme il n’y a habituellement personne assis en avant, il est même possible d’accoter ma lentille sur le banc de la rangée suivante pour la prise de photos sans me fatiguer. Sérieusement, je ne pourrais demander mieux. Pour en revenir au sujet de ce billet, je vais décrire un peu la technique derrière une image prise lors de la générale du Barbier de Séville, de Rossini. Le billet original publié le 7 novembre dernier peut être vu ici.

Je suis conscient que ce n’est pas la photo qui ressort le plus du lot mais l’histoire derrière est intéressante et l’image en tant que telle est un bon exemple de de prise de vue de concert et de comment en arriver à un cadrage et une composition satisfaisante. Bref, une leçon assez pratique.

Rosina et le sinistre docteur Bartolo!

Rosina et le sinistre docteur Bartolo!

On y voit le barbier, Figaro, au premier plan, jouant de la guitare pour le Comte Almaviva en arrière au tout début de l’opéra. Les deux deviennent amis et complices et Figaro accepte d’aider le Comte à gagner le cœur de la belle Rosina qui doit malheureusement épouser le sinistre docteur Bartolo. Fait plutôt rare à l’Opéra; Étienne Dupuis, le barbier, est également joueur de guitare en plus d’être chanteur. Il jouait donc réellement de la guitare durant la pièce, ça arrive pas souvent des trucs comme ça et ayant été mis au courant avant la pièce, je tenais à avoir une photo suffisamment bonne pour immortaliser le moment.

 

Revenons-en à l’image. Afin d’avoir une composition assez dynamique et vivante, je préfère toujours inclure au moins deux personnages, surtout pour des opéras ou les costumes sont très souvent colorés et contrastés. Sachant que Figaro jouait pour le Comte, avoir les deux dans la même image apporte beaucoup plus pour la personne voyant la photo qu’un simple joueur de guitare seul sur scène. On comprend beaucoup mieux l’histoire avec plusieurs personnages interagissant entre eux.

Même si les décors sont jolis, ils constituent un élément d’arrière-plan et, en soit, ne doivent occuper qu’une place secondaire dans l’image, c’est pourquoi j’essaie toujours de cadrer le plus serré possible, en ne laissant que peu de place alentour des éléments principaux; les personnages. La difficulté ici provenait du fait que le Comte n’était pas bien placé au départ. Trop loin de Figaro, un espace vide entre les deux aurait donné une photo peu dynamique avec davantage de décor que de personnages. Je me doutais bien que les deux allaient se rapprocher et je restais prêt en gardant le focus sur Figaro avec un cadrage assez serré. Comme prévu, Almaviva s’est effectivement rapproché du barbier mais en restant debout. Comme Figaro était accroupi, cela donnait une image étrange; un bon cadrage serré sur lui aurait coupé le corps du Comte en deux à partir du bas ventre, ce qui aurait donné l’impression que Figaro jouait de la guitare pour un bas de torse (pas bien du tout) ou qui aurait obligé un cadrage beacuoup plus large, apportant un tiers de la photo ou plus qui aurait été du décor vide et sombre dans la partie supérieure droite (morne et peu dynamique). En pareil cas, je prends quand même quelques shots pour au moins avoir du matériel mais au lieu de baisser la caméra, je garde la lentille pointée sur le sujet avec le bon cadrage et le focus déjà fait en attendant le bon moment que le personnage se place comme je l’entends. Évidemment, le comte s’est accroupit pour chanter, alors que Figaro se retourne pour le regarder, tout s’enligne! Ci-dessous quelques images avant la bonne, il faut attendre que la scène se construise!

Trucs techniques

Ce que j'utilise pour 95% de l'opéra (pas les manettes de Nintendo)

Ce que j'utilise pour 95% de l'opéra (pas les manettes de Nintendo)

D’un point de vue technique, comme la 4e rangée n’est quand même pas collée sur la scène, il est important d’avoir une portée focale suffisante. J’utilise donc un télé convertisseur Canon 1.4x III qui m’apporte une portée de 1.4 supérieure à la lentille seule mais qui me fait perdre un stop complet d’ouverture. Ma 70-200mm f/2.8L IS II devient donc une 98-280mm f/4. Comme j’utilise principalement mon 6D qui est full-frame (donc aucun effet multiplicateur vu le capteur plein format), j’ai vraiment besoin de la portée supplémentaire du télé convertisseur afin de pouvoir cadrer assez serré. Il est bien sûr possible de recadrer par après l’image, surtout à partir d’un fichier de 20 méga pixels pour exporter sur le web mais je préfère toujours avoir l’image la plus près possible de la réalité lorsqu’elle sort de la caméra. La profondeur de champs n’est pas la même lorsqu’on fait que simplement recadrer.

Côté Settings, je shoot encore et toujours en mode Av soit Aperture Priority. Je choisis toujours l’ouverture la plus grande et la caméra s’occupe du temps d’exposition mais je vérifie constamment de que la vitesse soit suffisante. Comme les personnages bougent assez vite et que le mouvement doit vraiment être fixé dans le temps j’essaie de maintenir la vitesse aux alentours de 1/250 seconde, surtout qu’à 280mm de focale, chaque petit mouvement affecte grandement la stabilité. En général, la lumière à l’opéra est plutôt bonne mais ça reste une salle sombre nécessitant une sensibilité ISO assez élevée pour garder une bonne vitesse. Comme le 6D est assez récent et comporte un capteur full-frame, je peux sans crainte garder le ISO entre 3200 et 4000 sans trop de bruit par la suite.

Je me permets aussi de mettre l’image avant et après post-prod. Si l’intérêt du public est assez important, je peux aussi envisager de donner une description de mon traitement sur lightroom. Des intéressés?

Avant et après avec Lightroom 5. Si suffisamment de personnes se manifestent, je peux donner des détails par rapport à mon workflow numérique de post-traitement.

 

Points à retenir :

Pratique :

  • Attendre le bon moment, visualiser le résultat final et laisser l’image se construire, être patient!
  • Avoir plus d’un personnage, raconter une histoire
  • S’assoir le plus près de la scène possible et le plus au milieu
  • Ouvrir son sac et préparer les lentilles avant le début pour ne pas faire de bruit

Technique :

  • Cadrer assez serré
  • Grande longueur focale
  • Plus grande ouverture possible
  • ISO assez élevé pour vitesse assez rapide
Canon EOS 6D + Canon 70-200mm f/2.8L IS II + Canon Externder EF 1.4xIII ISO 3200   280mm   f/4.0     1/800s

Canon EOS 6D + Canon 70-200mm f/2.8L IS II + Canon Externder EF 1.4xIII

ISO 3200   280mm   f/4.0     1/800s